Skip to main content

Pleins feux sur BRILLIANT

Ivy Gumboc, la coordinatrice du programme Congé précoce assisté (CPA) a été interviewée par Lina Petrella, la responsable de projet de BRILLIANT. Nous découvrons comment le programme CPA a intégré les services de télé-réadaptation au milieu de la pandémie de COVID-19. Ivy et Lina discutent également des contributions de BRILLIANT à cette transition et des plans futurs pour développer la télé-réadaptation au sein du programme CPA.

Ivy Gumboc, MScA, erg.

Coordonnatrice, Programme Congé précoce assisté (CPA) / Early Supported Discharge (ESD) program, CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

Plus que tout autre chose, BRILLIANT nous a donné une lumière, pour pouvoir continuer à offrir les services de réadaptation que nous proposons. C'est une lumière pour les clients et les soignants.

Question : Quel a été l’impact de la COVID sur la manière dont les cliniciens founissent la réadaptation aux patients ? Et comment la pandémie a-t-elle influencé la façon dont les cliniciens travaillent ensemble ?

Réponse : Je vais essayer de résumer les changements en trois grandes catégories : adaptabilité, courbe d’apprentissage et travail d’équipe. Il y a un bon côté à cette pandémie de COVID; nous avons été en mesure de modifier notre façon de pratiquer, de modifier les interventions et la réadaptation fournies aux clients ayant subi un AVC et d’adapter nos services dans une plateforme virtuelle. La plupart d’entre nous pratiquent dans le domaine de l’AVC depuis un certain temps. On s’habitue aux activités que l’on fait avec les clients, à travailler avec nos clients, face à face. L’équipe a dû relever le défi de faire cela virtuellement, d’apprendre à utiliser la technologie pour faciliter cette activité et d’intégrer son expertise professionnelle à la réadaptation. Nous avons relevé ce défi en travaillant très étroitement en équipe et c’est quelque chose que je voudrais souligner dans le succès de notre capacité à continuer à fournir des services de CPA aux clients ayant subi un AVC. Le travail d’équipe a été formidable ! En termes d’interventions, nous avons eu des limites, mais en nous adaptant, nous avons pu suivre les meilleures pratiques de réadaptation.

Question : Quel genre de commentaires avez-vous reçus des clients du programme de CPA pendant cette période ?

Réponse : Au départ, un accident vasculaire cérébral n’est pas quelque chose de facile à gérer. Un AVC change votre vie en un instant. Imaginez cela, dans une situation de COVID. Les limitations sont nombreuses. Nous ne sommes pas en mesure de sortir de nos maisons. Même au sein de votre famille, et le soutien que vous pouvez recevoir est très limité. Avoir un AVC, dans ce contexte, c’est difficile pour la clientèle. Étonnamment, et c’est quelque chose de très agréable à voir, on voit un côté de la nature humaine. On les voit encore s’adapter et poursuivre leur rétablissement et leur réadaptation avec l’aide de la technologie. En tant que cliniciens, nous nous sommes demandé si nous allions être capables de faire cela avec nos clients. Nous craignions de ne pas être en mesure de leur offrir les meilleurs services, car cela se faisait virtuellement. Étonnamment, le retour que nous avons reçu de nos clients est qu’ils sont très reconnaissants. Ils sont reconnaissants d’avoir accès à la réadaptation de manière virtuelle. Ils ont accès à une équipe spécialisée dans la récupération après un accident vasculaire cérébral. Ils apprécient vraiment les séances. Vouloir, c’est pouvoir. Les cliniciens veulent, mais surtout les clients. Eux, ils doivent apprendre à utiliser la technologie, ce qui est plus difficile pour nos clients plus âgés. Mais ils sont motivés. C’est incroyable à voir. Voir un client de 90 ans qui a eu une bonne interaction pendant une séance, c’est vraiment merveilleux! Les problèmes d’isolement post-AVC sont résolus grâce à des séances virtuelles quotidiennes. Ils savent qu’ils verront quelqu’un tous les jours. Cette composante est formidable. Je leur ai demandé quelle serait la différence. Certains d’entre eux ont répondu :« Vous n’êtes pas physiquement à côté de moi. Mais je sens que virtuellement, les interventions sont aussi efficaces que si nous étions en face à face. »

Question : Il semble que vos clients soient réceptifs à l’utilisation de la technologie.

Réponse : Oui ! Je voudrais souligner que nous comptons beaucoup sur les aidants et leur famille. C’est quelque chose qui a toujours été essentiel, même avant la COVID-19. Même avant de s’adapter à une plateforme virtuelle en CPA. Avec la réadaptation à domicile, nous avons toujours encouragé les aidants à participer, mais encore plus maintenant. Ils deviennent nos caméramans. Ils reprennent les exercices avec les clients parce que nous ne sommes pas là en face à face. Et soudain, ils deviennent notre personnel de réadaptation étendu à domicile. C’est presque comme si vous passiez votre main à travers l’écran, et ce sont eux qui, à l’autre bout, le font avec les clients.

Question : Y a-t-il eu des limitations ?

Réponse : Oui : Oui, je le leur ai demandé. Je leur demande :Y a-t-il quelque chose que vous pensez ne pas obtenir de ce type de service ? » J’ai posé la question à au moins trois clients. La rétroaction est plutôt qu’ils sont reconnaissants. Ils ne cessent de dire qu’à cause de l’isolement dû à la COVID-19, nous ne pouvons pas être ensemble, face à face. Dans ce sens, les interventions de réadaptation qu’ils reçoivent leur conviennent parfaitement.

Question : Comment le projet BRILLIANT a-t-il été impliqué pendant cette transition avec la COVID-19 ?

Réponse : La définition du mot « brillant » est la suivante : mettre en lumière quelque chose. Plus que toute autre chose, BRILLIANT nous a donné une lumière, pour pouvoir continuer à offrir les services de réadaptation que nous proposons. Il a apporté de la lumière aux clients et aux soignants. En effet, grâce à ce type d’intervention, ils bénéficient de l’expertise d’une équipe spécialisée en AVC qui s’occupe de la réadaptation post-AVC. Avec BRILLIANT, la technologie et les conseils que nous avons reçus nous ont permis de mettre en œuvre rapidement nos interventions virtuelles. Je sais que l’équipe de BRILLIANT va continuer à nous accompagner dans le développement de notre pratique de la télé-réadaptation et j’en suis très, très contente.

Question : Il semble que votre équipe ait bien réussi pendant cette période difficile.

Réponse : C’est le cas ! C’est le travail d’équipe. Lorsque tout le monde rame dans la même direction, le mot « impossible » n’a plus de sens. Les gens sont capables de se concentrer sur ce que nous devons faire.

.