Skip to main content

La télésanté à l’école de physiothérapie et d’ergothérapie

Leçons tirées du recours à la télésanté pendant une pandémie et perspectives d’un avenir plus radieux

Face à la pandémie de COVID-19, les professeurs et les chercheurs de l’école de physiothérapie et d’ergothérapie (SPOT) se sont soudainement retrouvé enfermés chez eux. Très rapidement, ils ont appris à poursuivre l’enseignement aux étudiants sur des plates-formes distantes et ont déterminé la meilleure façon de continuer et d’adapter les travaux de recherche à l’échéancier incertain qui les attendait. Les outils de vidéoconférence tels que Zoom, Microsoft Teams et WebEx sont rapidement devenus très utiles, permettant aux professeurs d’enseigner et de se connecter visuellement avec leurs étudiants. L’enseignement clinique pour les étudiants en physiothérapie et en ergothérapie en milieu de travail sur le terrain avait désormais un accès restreint aux sites, entraînant des défis qui ont nécessité une réflexion innovante et une restructuration des équipes d’enseignement clinique de l’école. Les projets de recherche en sciences de la réadaptation qui impliquaient la participation en personne des patients sont soudainement devenus impossibles à poursuivre.

Encore à ses débuts, la télésanté, c’est-à-dire la prestation de services de soins de santé virtuels à l’aide de différentes technologies de communication, est soudainement devenue pour les étudiants de SPOT une méthode très réalisable d’acquisition de compétences cliniques de façon virtuelle.

Grâce à la collaboration rapide et impressionnante des partenaires communautaires, cliniques, universitaires et institutionnels, le cours clinique d’ergothérapie et les stages de physiothérapie ont été réorganisés, approuvés et complétés à l’aide de la télésanté et d’autres méthodes numériques afin de répondre aux normes d’accréditation et de réglementation, tout en maintenant une distance physique pour plus de 120 étudiants des programmes de réadaptation. Le Person-Centered Health Informatics Lab (PCHI Lab) a obtenu des fonds pour poursuivre des projets utilisant la télésanté et d’autres plateformes de santé virtuelle.

En réfléchissant à ces derniers mois, Monica Slanik a interviewé Zachary Boychuck, un boursier postdoctoral, au sujet des recherches menées par le laboratoire PCHI pendant la COVID-19 pour déployer rapidement la télésanté dans le contexte d’un programme de congé précoce assisté après un AVC.

Dans quelle mesure connaissiez-vous la télésanté avant la pandémie?

Zachary Boychuck, erg., PhD (postdoctorant, PCHI Lab) : Pas très familier du tout, je venais de commencer mon stage postdoctoral au laboratoire de recherche PCHI, sous la supervision de Sara Ahmed, en janvier 2020. Ma recherche de doctorat n’était pas du tout liée à la télésanté, et je voulais développer des connaissances et des compétences supplémentai « à l’horizon » dans les soins de santé et la recherche. Le bon endroit, le bon moment! La COVID-19 a nécessité un changement de paradigme pour intégrer la télésanté à la pratique clinique.

Quel a été l’un des plus grands défis que vous avez dû relever lors de la mise en œuvre de la télésanté dans votre pratique, votre enseignement, votre apprentissage ou votre recherche?

Zachary Boychuck, erg., PhD (Post Doc, PCHI Lab) : Nous étions sur le point de lancer une étude novatrice axée sur l’évaluation de la mise en œuvre et de l’évolutivité des solutions de télésanté dans le cadre d’un programme de congé précoce assisté (CPA) pour les accidentés vasculaires cérébraux. Lorsque la COVID-19 a mis fin à l’étude, les cliniciens et les administrateurs du programme CPA nous ont contactés et ont exprimé leur désir d’utiliser toute technologie disponible pour continuer à fournir des services et un soutien aux clients et aux soignants. Nous avons travaillé avec l’équipe clinique du CPA pour réduire l’échelle de notre étude initiale et nous sommes assurés qu’ils disposaient du matériel et des logiciels nécessaires pour mettre rapidement en œuvre la télésanté dans leur pratique clinique. Le défi était d’y parvenir sans délai!

Avez-vous des avantages, des bons côtés à partager?

Zachary Boychuck, erg., PhD (Post Doc, PCHI Lab) : Il n’a pas été facile de travailler avec l’équipe clinique du CPA pour réduire l’échelle de notre étude initiale, mettre en œuvre la technologie requise et garantir la qualité des soins et des services que les clients du programme de CPA recevaient. La collaboration rapide et sans faille entre toutes les parties prenantes, surtout si l’on tient compte de la nature « sous pression » du déploiement, a été une véritable source d’inspiration.

Vous voyez-vous continuer à utiliser la télésanté à l’avenir?

Zachary Boychuck erg., PhD (Post Doc, PCHI Lab) : Absolument! La télésanté et la téléréadaptation ont connu une augmentation rapide de leur utilisation, et l’expérience globalement positive des clients et des soignants indique qu’elles sont là pour rester. Son adoption dans les établissements de santé et auprès des clientèles continuera probablement à proliférer. Je pense qu’il est important d’aider les professionnels de la santé, les clients et les soignants à s’adapter à l’utilisation optimale de la télésanté. Je suis ravi d’être au laboratoire PCHI où nous travaillons avec des cliniciens du CIUSSS Centre-Ouest et des collègues du SPOT sur les expériences des étudiants en ergothérapie et en physiothérapie et des précepteurs cliniques en ce qui concerne l’utilisation de la télésanté pendant les stages cliniques.

Leave a Reply